Il paraîtrait que rénover un appartement ou une maison est parfois aussi complexe que de construire. Cela demande du temps, de l’énergie, du matériel, des matériaux adaptés et une bonne dose de savoir-faire.

Même pour le plus chevronné des bricoleurs, il faut être bien préparé et maîtriser quelques techniques de mise en œuvre. Bonne nouvelle ! Notre nouveau guide, vous propose de nombreux tutoriels pour vous accompagner au mieux dans vos travaux de rénovation.

Monter un mur, l’enduire, réaliser une terrasse ou encore une allée carrossable, cette page détaille précisément l’ensemble de ces thématiques et bien plus encore.

Vous pouvez également conserver ce contenu en téléchargeant gratuitement notre guide.

Nouveau call-to-action

1. LES RÉNOVATIONS INTÉRIEURES

Changement de sols, suppression ou au contraire ajout de cloisons, les rénovations intérieures de votre case demandent d’y être bien préparéNous vous donnons ci-dessous quelques conseils pour le changement de votre carrelage et la construction d’une cloison de séparation.

1.1. CHANGER LE CARRELAGE DE VOTRE MAISON

Le carrelage de votre maison est abîmé, démodé ou mal posé ?

Changer le carrelage peut être un excellent moyen de remettre votre décoration au goût du jour. La pose d’un nouveau carrelage sur un carrelage existant est tout à fait possible. Cette opération vous affranchit du retrait de l’ancien carrelage et peut vous faire économiser du temps et de l’argent. La technique de pose ne diffère pas de celle sur un support traditionnel. En revanche, la préparation du support, nécessite quelques précautions.

renovation-maison-reunion-carrelage

1.1.1. OUTILS ET MATÉRIAUX NÉCESSAIRES

Outils nécessaires

  • Un burin
  • Un marteau
  • Un grattoir
  • Une spatule crantée
  • Une truelle
  • Un maillet
  • Une meuleuse ou une carrelette pour les découpes • Un rouleau (si pose d’un primaire d’accroche)
  • Un crayon à mine grasse
  • Un niveau à bulle
  • Une règle
  • Des équipements de protections adéquats
  • Des genouillères
  • Des paires de gants ménagers

Matériaux nécessaires

  • Du carrelage
  • Des plinthes
  • Du mortier colle C2
  • Du mortier de jointoiement 
  • Des croisillons en plastique

 

1.1.2. la réalisation étape par étape

Étape 1 : 

renovation-maison-reunion-carrelage-enlever-plinthes

  • Commencez tout d’abord à enlever toutes les anciennes plinthes à l’aide d’un burin et d’un marteau.

  • Il est déconseillé de coller les plinthes sur les anciennes.

renovation-maison-reunion-carrelage-existant

  • Avant de poser du carrelage neuf sur du carrelage existant, il est fortement recommandé de le nettoyer.
  • Dégraissez parfaitement les carreaux pour retirer toutes traces de gras ou de poussières.

renovation-maison-reunion-carrelage-combler-mortier

  • Ensuite, repérez tous les carreaux défaillants. Scellez ceux qui bougent, qui sonnent creux ou qui se décollent, ou retirez-les et comblez les emplacements avec du mortier colle.

renovation-maison-reunion-carrelage-planeite-surface

  • Vérifiez également la planéité de la surface à l’aide d’une règle de maçon. Les différences de niveaux ne doivent pas excéder 5 mm sous la règle des 2 m. Si trop de défauts sont constatés, effectuez un ragréage sur l’ensemble du sol avec un mortier spécial pour corriger le nivellement.

renovation-maison-reunion-carrelage-combler-abraser

  • Dans le cas où les carreaux existants sont très lisses et brillants, nous vous conseillons d’abraser mécaniquement le sol ou d’utiliser un apprêt pour améliorer l’adhérence de la colle. Dans cette configuration, mieux vaut faire appel à un professionnel.

renovation-maison-reunion-carrelage-combler-primaire-accrochage 

  • Appliquez par la suite, un primaire d’accrochage à l’aide d’un rouleau de façon à ce que la colle adhère complètement.
  • Laissez sécher environ 3h. Sachez qu’il existe des colles carrelage sans primaire d’accrochage avec un fort pouvoir adhérent. Ces colles vous permettent de gagner du temps.
  
 
Étape 2 : Posez le carrelage
Avant de passer à la pose de votre carrelage, établissez un plan de pose. Pour cela, tracez deux axes perpendiculaires au sol au centre de la pièce.
L’objectif est de trouver la meilleure disposition possible pour les carrelages, en prenant en compte les découpes pour qu’elles soient le plus esthétique possible. La pose de votre carrelage commencera à l’intersection des deux axes en fonction de leur positionnement dans la pièce.
Vous trouverez ci-dessous deux exemples de pose avec en bleu, la projection des découpes à effectuer.

renovation-maison-reunion-carrelage-combler-plan-pose-droite

renovation-maison-reunion-carrelage-combler-plan-pose-diagonale

PLAN DE POSE POUR UNE COUPE DROITE

PLAN DE POSE POUR UNE COUPE DIAGONALE

 
Après cela, vous pouvez commencer la pose de votre carrelage en suivant le même principe que pour une pose classique. Pour le choix de votre colle carrelage, optez pour une colle du type C2 TE S1. Elle possède à la fois des propriétés d’adhérence élevée et une capacité à être déformée par une contrainte entre le carreau et la surface d’encollage, sans perte d’adhérence.

 

renovation-maison-reunion-carrelage-double-encollage

  • Pour des carreaux grands formats, c’est à dire supérieur à 45 cm, effectuez un double encollage (pose de la colle sur le sol et le carrelage à coller).

renovation-maison-reunion-carrelage-niveau-bulle

  • Vérifiez fréquemment la régularité de votre pose grâce à la règle de maçon et votre niveau à bulle.

 

Conseil du pro : 

Pour des carreaux < 25 cm de côté, privilégiez une spatule dentée de 6 à 8 mm.
 

1.1.3. Calculez vos besoins en mortier colle

N’hésitez pas à utiliser notre calculateur pour acheter la bonne quantité de colle

Vous pouvez, cependant, partir du principe qu’il faut en moyenne 6 kg pour carreler 1m². Après tout, cela dépend de l’épaisseur de la colle, de la taille des carreaux…
 
Conseils de pro :
 
Optez toujours pour de la colle aux normes européennes (C2 TE S1). Les critères de performances d’une colle carrelage sont les suivants :
  • Forte adhérence de la colle
  • Flexion ou déformabilité de la colle
  • Une colle résistante aux glissements
  • Une colle à temps ouvert prolongé 

2. Construire une cloison de séparation

 

Avant de commencer la construction d’une cloison, assurez-vous que vos sols et vos murs auront la capacité de la supporter.
Pour construire une cloison intérieure, vous avez le choix entre différents matériaux :
  • Plaques de plâtre
  • Parpaings
  • Bois
  • Cloisons amovibles
  • Briques de verre
  • Carreaux de plâtre (disponible sur commande dans certains magasins) • Bétons cellulaires (disponible sur commande dans certains magasins)

Le choix du matériau va dépendre de la facilité de mise en œuvre, de votre budget mais aussi de l’emplacement de la cloison dans la maison (salle de bain, chambre, salon) et de l’efficacité du matériau en termes d’isolation phonique, thermique ou encore de la résistance au feu ou à l’humidité. Ces critères sont à prendre en compte avant la réalisation de votre projet. Ici nous allons nous intéresser au montage d’une cloison en parpaings et en plaques de plâtre qui sont les plus utilisés à La Réunion.

2.1. Monter une cloison en plaques de plâtre

Monter une cloison en plaques de plâtre reste la façon la plus rapide et la plus simple quand on est novice. Le montage d’une cloison en plaques de plâtre peut s’effectuer avec deux types d’ossatures : bois ou métal. Cependant, le plus courant se fait en rail métal avec, plus couramment, du BA13. Ce type de cloison à l’avantage d’être plus léger et rapide à réaliser. Privilégiez cette méthode de montage pour les surfaces des étages et des grandes pièces.

2.1.1. Outils & Matériaux nécessaires

Outils nécessaires : 

  • Un crayon à mine grasse
  • Un niveau
  • Une équerr
  • Une visseuse
  • Une pince à rail
  • Un mètre
  • Un cutter et une scie égoïne
  • Un couteau à enduit
  • Un fil à plomb
  • Une meuleuse avec un disque bakélite pour les découpes

Matériaux nécessaires : 

  •  De l’enduit plâtre
  • Un isolant
  • Des plaques de plâtre BA13 (ou hydrofugés si pièce humide)
  • Des rails métalliques
  • Des vis

2.1.2. La réalisation étape par étape 

Etape 1 : Déterminez l’emplacement de la future cloison

  • Tracez l’emplacement de la cloison au sol, aux murs et au plafond. Il faut également définir les ouvertures des portes, s’il y en a.
  • Indiquez par des croix au sol les points où seront placés les montants verticaux de l’ossature métallique.

 

Etape 2 : Fixez les rails et les montants

  • Vissez les rails en suivant le tracé. Quant au positionnement des montants, il faut se servir de la pince à rail qui permettra de solidariser les montants aux rails. Pensez à installer tous les 60 cm un montant. En ce qui concerne l’isolant, sa mise en place s’effectue entre la pose de la première plaque et de la seconde. Si vous avez des gaines, câbles ou tuyaux à faire passer au travers de la cloison, utilisez des goulottes pour les cacher. Cette partie s’effectue entre l’isolation et la mise en place de la deuxième face de plaques de plâtre.


  • Schéma d’un montage de cloisons en BA13 

 

Etape 3 : Fixez les plaques

  •  Afin de pouvoir placer facilement les plaques de plâtre, découpez-les selon les mesures nécessaires. Posez délicatement la plaque au sol pour ne pas l’abîmer puis prenez les mesures correspondantes à l’aide d’une règle. Un cutter devrait suffire pour la découpe sinon passez à la scie égoïne.
  • Pour terminer, emboîtez les plaques dans les rails puis vissez-les pour les fixer sur les montants. Pour les jonctions de plaques, pensez à bien les coller l’une à l’autre, de façon à ce qu’elles soient fixées sur le même montant. Une fois installée, faites les joints entre chaque plaque avant de peindre, de tapisser ou de carreler.

 

Conseils de pro : 

Pour des pièces humides (salle de bain, cuisine.. .), utilisez des plaques de plâtre hydrofuges. 

2.2. Monter une cloison en parpaings

 

Le parpaing est un matériau économique et fiable pour ce type de réalisation. Il assure une bonne isolation thermique et acoustique. Il est aussi beaucoup plus solide mais sa mise en place demande un peu plus de compétences. Pas de panique, ci-dessous nous vous expliquons les différentes étapes pour réaliser soi-même, une cloison en parpaings (mur non porteur) en toute simplicité.

2.2.1. Outils & Matériaux nécessaires

Outils nécessaires :

  • Un crayon à mine grasse 
  • Une règle • Un niveau
  • Une taloche
  • Une truelle
  • Un mètre
  • Une brouette
  • Une massette
  • Un cordeau à tracer
  • Un cordeau nylon
  • Une auge
  • Un fil à plomb
  • Une meuleuse avec un disque diamant pour les découpes

Matériaux nécessaires :

  • Du mortier prêt-à-l’emploi
  • Des parpaings (des blocs allant de 5 à 10 cm d’épaisseur suffisent pour des cloisons intérieures)

 

2.2.2. La réalisation étape par étape 

Etape 1 : Préparez le support

Les blocs devront être propres, dépoussiérés, exempts de peintures, traces d’huile ou de laitance.
Par temps chaud et/ou par vent sec ou sensible, pour éviter les risques de déshydratation de l’enduit, il est nécessaire d’arroser le support la veille de l’application, et d’humidifier à nouveau si besoin avant application.

  • Pour avoir un enduit qui termine proprement à la fin de votre mur, vous devez clouer une planche en bois sur la tranche de votre mur afin que votre mortier vienne mourir dessus.
  • Faites dépasser la planche de 10mm ce qui permettra de respecter l’épaisseur globale de l’enduit.

 

Etape 2 : Préparez votre mortier 

  • Mélangez le produit avec une eau propre à la truelle dans une auge, en respectant le dosage recommandé par le fabricant, jusqu’à obtention d’une pâte homogène sans grumeau. Le dosage en eau et le temps de mélange seront le plus constant possible.
  • Laissez reposer la gâchée quelques minutes avant application.

 

Etape 3 : Appliquez le produit  

 
 
 
   
   

2.1. PLU ou Plan Local d’Urbanisme


Le Plan Local d’Urbanisme
, est un guide destiné à cadrer la réalisation de travaux d’aménagements dans une municipalité. Sa finalité est de trouver l’équilibre entre un aménagement urbain et le respect des espaces naturels dans un objectif de développement durable.

Il comporte des documents, tels que le Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD).

Le consulter vous donnera des indications sur l’architecture et les tons que doivent revêtir les façades de votre maison.
Tout ce que l’on peut voir de l’extérieur de votre maison doit être en concordance avec l’architecture et les couleurs de son environnement et le PLU de votre région.

2.2. Vos rénovations de façade


Pour vos travaux de rénovation de façade, vous devez être en accord avec l’article L132-1 du code de la construction :

“Les façades des immeubles doivent être constamment tenues en bon état de propreté. Les travaux nécessaires doivent être effectués au moins une fois tous les dix ans, sur l’injonction qui est faite au propriétaire par l’autorité municipale”.

Vous devez déclarer à la mairie tous vos travaux de façade et ceux réalisés à l’extérieur de votre maison.

2.3. Votre maison est en plein centre urbain


Si votre maison se situe en plein centre urbain, vous devez demander à la mairie l’autorisation temporaire d’occupation de l’espace public pour l’installation d’échafaudages, de bennes, de clôtures de chantier...

2.4. Demande d’autorisation et de permis de construire

Aucune demande de permis de construire ou de déclaration de travaux n’est obligatoire pour tous les ouvrages dont la surface au sol est inférieure à 2m2 et dont la hauteur ne dépasse pas 1m50. Il en est de même pour les murs de moins de 2m qui ne servent pas de clotûre.

2.5. Vos rénovations intérieures de votre maison


Si vos rénovations concernent l’intérieur de votre maison, vous n’avez pas d’autorisation particulière à obtenir (ex : remplacement du carrelage, montage d’une cloison, renouvellement de la peinture...). En revanche, si les aménagements intérieurs modifient l’aspect extérieur de la maison ou augmentent la surface habitable de la maison, la demande d’autorisation, voire de permis de construire, est obligatoire.

Vous voilà autorisé à pratiquer des travaux de rénovation dans votre maison ! Avant de passer à l’action, il est nécessaire de bien vous y préparer.

3. LES RÉNOVATIONS INTÉRIEURES

 

Changement de sols, suppression ou au contraire ajout de cloisons, les rénovations intérieures de votre case demandent d’y être bien préparé.

Nous vous donnons ci-dessous quelques conseils pour le changement de votre carrelage et la construction d’une cloison de séparation.

3.1. Changer le carrelage de votre maison

 

Deux options s’offrent à vous :

Soit vous effectuez la dépose, c’est-à-dire vous enlevez l’ancien carrelage ou alors vous posez le nouveau carrelage directement sur l’ancien.

La deuxième méthode est beaucoup plus simple et moins onéreuse. Attention, vous perdrez quelques centimètres du fait de la hauteur de sol supplémentaire.

3.1.1. Enlever un ancien carrelage

Avant de changer votre carrelage, il vous faudra d’abord procéder à l’enlèvement de l’ancien. C’est une tâche ardue.

Afin d’ôter vous-même votre vieux carrelage, il vous faudra un burin, une massette, et surtout, du temps, une bonne dose d’énergie et de la persévérance.
Pour gagner en productivité vous pouvez également vous servir d’un burineur avec un burin plat.

Pensez à vous équiper avec les protections adéquates (genouillères, casque, lunettes, gants, bouchons d’oreilles, vêtements de travail).
Si vous avez tout cela, c’est parfait, vous pouvez y aller. Si ce n’est pas le cas, nous vous conseillons de faire appel à des professionnels.

Après avoir cassé les carreaux, ne négligez pas le temps passé à évacuer les gravats. Il vous faudra les amener à la déchèterie dans un sac suffisamment résistant.

Conseil du Pro
Si vous prévoyez de revoir vos installations électriques et votre plomberie, pensez à le faire avant la mise en place du nouveau carrelage.

3.1.2. Poser un nouveau carrelage

 

  • Le plan de pose

En premier lieu, nous vous conseillons d’établir un plan de pose de votre carrelage. Pour cela, tracez deux axes perpendiculaires. La pose de votre carrelage commencera à l’intersection des deux axes.

Attention : Votre surface doit être parfaitement lisse pour accueillir le nouveau carrelage.

  • Conseils pour la pose

Le simple encollage est valable pour des carreaux ayant un format < 50 cm2.
Le double encollage (mortier sur support + carreau) se pratique sur des formats de carreaux >50 cm2.
Vérifiez régulièrement la régularité de votre pose avec la règle de maçon et sa surface avec le niveau à bulle.

  • Comment choisir la bonne colle carrelage?

Il existe plusieurs types de colles avec des classes de performances spécifiques. Vous trouverez ci-dessous les colles les plus utilisées.

  • Colle C1 : Mortier-colle normal pour la pose de carrelage en intérieur uniquement (sols et murs). Elle s’utilise sur du sol béton.
  • Colle C2 : Mortier-colle amélioré pour la pose de carrelage en intérieur et extérieur (sols et murs). Elle s’utilise à la fois sur du sol béton mais également directement sur un ancien carrelage.
  • Colle C2 S1 ou S2 : Mortier-colle amélioré déformable. Elle s’utilise comme la colle C2 mais possède à la fois des propriétés d’adhérence élevées et une capacité à être déformé par une contrainte entre le carreau et la surface d’encollage, sans perte d’adhérence.

3.2. Monter une cloison de séparation

Avant d’envisager la construction d’une cloison, assurez-vous que vos sols et vos murs auront la capacité de la supporter.

Pour construire une cloison intérieure, vous avez le choix des matériaux :

  • La plaque de plâtre
  • Le bloc béton
  • Les cloisons amovibles déjà pré-montées
  • Les briques en verre

Le plus simple reste la plaque de plâtre pour sa rapidité d’installation.
Le montage se fait sur une ossature métallique (rail) dans lequel la plaque de BA13 viendra se glisser. Dans les pièces humides (salle de bain, cuisine...), optez pour des plaques hydrofugées.

Attention : Il est important d’envisager en amont de la construction, la découpe de saignées dans la cloison pour permettre le passage des câbles.

La rénovation intérieure de votre maison est soumise à des contraintes qu’il vous faut respecter. Il en est de même pour vos rénovations extérieures.

4. LES RÉNOVATIONS EXTÉRIEURES

4.1. Monter un mur de sous-sol, de clôture et de soutènement.

Les constructions de murs en extérieur sont le plus souvent des murs de clôture et des murs de soutènement.

 

murs-exterieurs-deco

Pour les murs de clôture, les blocs utilisés sont les blocs français (dit également «traditionnel») et américains (dit«blocs US»).

Pour les murs de soutènement et la retenue décorative de terre, l’utilisation des blocs à bancher est recommandée.

  • Calcul du nombre de blocs nécessaire

Pour monter un mur en blocs français, comptez 10 blocs par m2 ou 13 pour les blocs américains. Pour être plus précis, référez-vous à notre calculateur

  • Montage du mur en blocs

Pour le montage du mur, il faut se référer au DTU 20.1 qui explique précisément les règles de l’art.

Plus généralement, le mur se monte en positionnant les blocs rangées par rangées et en quinconce. Les joints horizontaux et verticaux sont obligatoires. Le plus simple est d’utiliser un mortier de montage prêt-à-l’emploi qui vous fera gagner du temps. Pour solidifier la structure, n’oubliez pas les ferraillages.

Prenez soin de vérifier l’alignement des blocs avec le fil à plomb et le niveau à bulle.
Pensez à porter vos EPI (Equipements de protection individuelle) qui sont indispensables à votre sécurité.

4.2. Enduire un mur en blocs

choisir-enduit-exterieur-couvertureUne fois le mur monté, la pose d’un enduit viendra finaliser l’aspect de celui-ci.
L’enduit a une vocation à la fois esthétique et structurelle. Il va en effet décorer le mur en le lissant (étape préalable pour être peint) d’une part ; et renforcer le mur d’autre part.

Avant de réaliser votre enduit, veillez à la propreté de la surface. Nettoyez et dépoussiérez-la.

Un enduit de façade s’applique en trois couches successives. Entre les applications, il est nécessaire de laisser s’écouler un temps de séchage.

Entre la première couche, le gobetis, et la deuxième couche, le corps d’enduit, un laps de temps de 24h est nécessaire au séchage du gobetis.

Entre l’application du corps d’enduit et la troisième strate d’enduit, appelée la “finition”, une semaine doit s’écouler pour que le temps de séchage du corps d’enduit soit optimisé.

Le gobetis est un mortier fluide qui s’applique par projection à la truelle. Il doit être de consistance plutôt liquide pour un résultat rugueux car il servira d’accroche pour le corps d’enduit.

Le corps d’enduit, plus épais nécessite une application à la truelle et un dressage à la règle de maçon. C’est la couche principale qui doit avoir une épaisseur de 10 à 15mm.

La finition, s’applique à la taloche en faible épaisseur (3-5mm).

4.3. Réaliser sa terrasse

En rénovation extérieure, faire une terrasse nécessite la préparation du sol, la réalisation du coffrage et le coulage de la dalle béton.

 

allee20de20jardin20beton20imprime20reunion

  • Préparation du coffrage

Afin de fixer les contours de votre dalle, vous aurez à fabriquer un coffrage. Nous vous conseillons d’utiliser des planches de bois d’environ 30 mm d’épaisseur. Si votre terrasse est en plein air, votre coffrage devra être légèrement en pente pour que les eaux de pluies ne stagnent pas. 
Pensez également à réaliser un joint de désolidarisation entre la dalle de béton et votre maison, si votre terrasse est adossée aux murs de votre case. Poser ensuite un polyane afin de limiter l’évaporation de l’eau du béton dans le sol.

  • Préparation du ferraillage

La pose d’un treillis métallique a pour objectif de renforcer le béton en répartissant les charges qui seront exercées sur votre dalle finie. Cela évitera à votre dalle de se fissurer. Disposez sur toute la surface des nappes de treillis métalliques en les liant entre elles.

  • La dalle de béton

Pour choisir votre béton, nous vous conseillons de vous rapprocher de votre fournisseur. Le fabriquer vous-même ou le commander prêt à l’emploi, les deux solutions sont possibles.
Selon le type de revêtement, il vous faudra patienter avant de recouvrir votre dalle, parfois jusqu’à un mois.

  • Apporter une touche créative à votre terrasse : les bétons décoratifs

Afin d’embellir votre terrasse en béton, il vous est possible de commander du béton décoratif. Le béton décoratif est un matériau esthétique, qui se décline en une multitude de coloris et d’aspects. Il est solide, et résiste à l’épreuve du temps. Sa pose nécessite cependant l’intervention d’un professionnel.

 

PENSEZ-Y !

4.4. Faire son allée de garage

materiel-allee-de-garage-couvertureSi c’est votre allée de garage que vous souhaitez rénover, nous vous conseillons trois types de revêtement facile à poser : la dalle gazon, la dalle béton, et le gravier.

  • La dalle gazon

La dalle gazon permet de réaliser des espaces verts stables, drainants et circulables. Elle est idéale pour les allées de garage et peut prétendre à un taux d’engazonnement de presque 40% par dalle !

Elle est ainsi à la fois esthétique et écologique.

  • La dalle béton

La dalle en béton d’une allée de garage doit pouvoir supporter la charge d’une voiture, et les fréquents passages de celle-ci. Nous vous conseillons par conséquent de vous préparer à réaliser une dalle en béton armé d’une épaisseur de 10 à 15 cm. Une fois prise, elle présente une solution sobre et simple à la solidité et durabilité de votre ouvrage.

  • Le gravier

Le gravier, est une solution alternative élégante. Si vous optez pour celui-ci, prévoyez de creuser le sol de 30 cm pour pouvoir poser deux couches de gravier ainsi qu’un géotextile qui séparera les graviers de la terre et supprimera les pousses de mauvaises herbes. Les couches superposées de graviers concassés et de graviers fins aideront à stabiliser le sol.

Afin de choisir votre gravier, nous vous proposons de vous rapprocher de votre fournisseur qui saura vous conseiller sur les meilleures options.

Après ces informations et recommandations, il vous faut faire le choix de matériaux de qualité et vous munir des outils essentiels afin de débuter vos travaux.

5. LES MATÉRIAUX ET LES OUTILS NÉCESSAIRES À LA RÉNOVATION

5.1. Les matériaux indispensables

  • Le bloc Français
type-blocs-bloc-francais-1

Pour la réalisation de fondations, vides sanitaires, murs porteurs ou cloisons, le bloc Français (dit également «bloc traditionnel») est une valeur sûre. Bien meilleur que le bloc Américain, il améliore lisolation thermique de 30% et lisolation acoustique de 10%.

Ce bloc certifié NF fait preuve d’une grande résistance (B40) et permet un montage rapide ! De dimensions standards 20x20x50, il vous faudra 10 blocs pour réaliser un mur d’1m2.

5.2. Les outils nécessaires

outils-renovation-maison-pelleteuse-couverture
  • La mini-pelleteuse ou pelle

Dans le cadre de vos travaux de rénovation, la mini-pelleteuse sera la bienvenue lorsque vous aurez à creuser le sol de votre extérieur pour y construire une terrasse, faire une allée de garage ou encore pour mettre en place une allée de jardin. Il est toujours plus facile d’utiliser un engin à moteur dans ce cadre plutôt que de tout creuser à la pelle, à moins que votre ouvrage soit de petite surface. Il est possible de louer ce type d’engin avec ou sans chauffeur.

  • La bétonnière

Si vous préférez fabriquer votre propre béton, la bétonnière deviendra vite un indispensable dans la rénovation de votre maison. Le béton est un matériau fondamental dans la construction. Tout comme la mini-pelleteuse, vous avez la possibilité de louer votre bétonnière.

Et si vous voulez gagner du temps et limiter la pénibilité lors de vos travaux, vous pouvez vous faire livrer du béton prêt-à-l’emploi que vous achèterez directement chez un fabricant.

  • La meuleuse

La meuleuse est probablement l’outil le plus indispensable à acheter ! Une meuleuse vous servira à tronçonner du béton, des blocs en béton mais également du carrelage, et du métal.

Pour des découpes de plus grandes profondeurs, on privilégiera la tronçonneuse (électrique ou thermique) qui apporte aussi un meilleur rendement.

  • La scie sauteuse

Vous aurez besoin d’une scie sauteuse pour vos travaux de découpe de bois. Pour réaliser le coffrage d’une dalle de béton par exemple. Vous pourrez également l’utiliser pour tous travaux de découpe de contreplaqué, PVC, plastique dur, métal, aluminium...

  • La truelle

Dans la catégorie des petits outils, la truelle occupe une place de choix. Elle vous servira à répartir vos couches de mortier et de béton. Elle vous sera utile aussi bien dans l’étape du gros oeuvre que dans l’édification de cloisons intérieures.

  • L’auge

L’auge va de paire avec la truelle puisqu’elle permet d’effectuer tous les mélanges pour vos bétons, mortiers et plâtres.

  • Le niveau à bulle

Un niveau à bulle détermine l’inclinaison d’une surface. Il vous sera très utile par exemple, lors de la construction de votre terrasse en béton pour vérifier l’inclinaison à 360° de la surface au moment de la pose du coffrage ou tout simple- ment pour la pose de cloisons.

  • La règle de maçon

La fameuse règle de maçon de 2 ou 3m en aluminium, permet à la fois d’aligner et niveler vos ouvrages de maçonnerie. Elle convient à de nombreuses applications aussi bien pour les sols que les murs

Un niveau à bulle intégré à la règle peut faciliter la mise à niveau.

  • Le cordeau traceur

Le cordeau à tracer est idéal pour toutes les mises à niveau. Pensez à utiliser une poudre qui résiste à l’eau pour la maçonnerie à l’extérieur. Une longueur de cordeau de 30m est généralement suffisante.

5.3. Les équipements de protection individuelle (EPI)

NE NÉGLIGEZ PAS LES EPI. IL EN VA DE VOTRE SÉCURITÉ.

Optez pour :

  • des gants,
  • des vêtements de travail,
  • des chaussures de sécurité,
  • des lunettes.
Pour les protections sonores, un casque ou des bouchons d’oreilles sont appréciables.

6. LE CALCUL DE VOS BESOINS EN MATÉRIAUX

Cette étape est primordiale. Elle a pour finalité de vous assurer le meilleur choix et vous éviter tout gaspillage superflu.

Engineers in mechanical factory reading instructions

  • Faites l’inventaire de vos besoins

Refaire un revêtement de sol ne nécessite pas les mêmes matériaux, ni le même investissement que de séparer deux pièces par une cloison. Votre but ici est de recueillir un inventaire exhaustif et minutieux de tous les matériaux nécessaires à votre ouvrage.

  • Renseignez-vous sur les types de matériaux et les méthodes de construction

Tout en établissant cette liste, vous serez également renseigné sur la diversité des matériaux et les nombreuses techniques d’exécution de votre projet. Par exemple, monter une cloison en bloc ou en plâtre ne représente pas du tout les mêmes coûts et connaissances.

  • Calculez vos quantités au plus juste

Une fois votre liste de matériaux établie et vos techniques de construction prises en compte, il est essentiel à cette étape, de calculer au plus juste la quantité de matériaux dont vous aurez besoin. Cela évitera tout gaspillage !

  • Un calculateur de matériaux à votre disposition

Pour vous permettre de définir plus précisément vos besoins, nous mettons à votre disposition des calculateurs de matériaux pour le gros oeuvre qui vous permettront d’évaluer vos quantités de béton, blocs, mortiers, ou encore ciment nécessaires à votre projet.

Par exemple, pour édifier un mur extérieur en blocs français de 6m de long sur 2m de haut (soit une surface de 12m2), vous aurez besoin de 120 blocs.

Maintenant que vous êtes mieux informé sur les matériaux et outils indispensables à la rénovation de votre maison, il ne vous reste plus qu’à choisir le meilleur fournisseur au meilleur prix.

7. LE CHOIX DE VOS FOURNISSEURS

construction-materiaux-prestataire-reunion

Le choix des fournisseurs a son importance dans le cadre des travaux de rénovation de votre maison. Un bon fournisseur livre le matériel et les matériaux commandés dans les délais impartis et propose à ses clients des produits et des services de qualité. N’hésitez pas à mettre en concurrence plusieurs fournisseurs.

Pour bien choisir votre fournisseur, voici une liste de bonnes questions à vous poser.

Le prix, un facteur déterminant de votre achat

  • Si vous le comparez avec d’autres fournisseurs, vous paraît-il juste?
  • Comprend-t-il la livraison ?
  • Votre fournisseur vous propose-t-il des facilités de paiement ?
  • tes-vous sûr de comparer des produits identiques aux mêmes caractéristiques ?
  • Pouvez-vous vous faire livrer différents types de matériaux sur le même camion ?

La qualité des produits, une caractérisqtique primordiale

  • Votre fournisseur propose-t-il des produits de qualité ?
  • Propose t-il des produits certifiés ?
  • Communique -t-il sur la documentation technique de ses produits ?
  • Votre fournisseur est-il connu dans le métier ?

La qualité du service, un gage de fiabilité et de sérieux

  • Votre fournisseur se rend-t-il disponible facilement pour vous ?
  • Est-il réactif ?
  • A-t-il de bons conseils à vous donner ?
  • Propose t-il une offre multi-produits pour répondre à vos besoins ?

En répondant à ces questions, vous posez un cadre au choix de votre fournisseur.

CONCLUSION

En synthèse, les points abordés dans ce guide :

  • La définition de vos besoins
  • Le calcul de votre budget
  • La réglementation sur les travaux de rénovation intérieur et extérieur de votre case
  • Nos conseils sur vos rénovations intérieures
  • Nos recommandations et informations sur vos rénovations extérieures
  • Les matériaux et les outils indispensables à la rénovations de vos intérieurs et vos extérieurs
  • Les bonnes questions à se poser pour choisir un fournisseur de qualité

Ils constituent les points essentiels qui vous permettront de bien vous préparer avant de vous lancer dans la rénovation de votre maison à La Réunion.

Comme le dit le dicton créole, « pa kapab’ lé mor san éséyé », alors à vous de jouer !

 

Une question ? n'hésitez pas à prendre RDV avec un de nos experts. 

Bénéficiez gratuitement des conseils  de nos experts en rénovation de maison